Solange Jungers (1974-)


Profondément marquée par les rituels et les artisanats populaires, les travaux de Solange Jungers se tournent tout naturellement vers la réinterprétation de ces codes et savoirs-faire pour exprimer une poésie et une étrangeté du quotidien.

Au moyen de combinaisons de pratiques artisanales et de techniques plus proprement plastiques, les oeuvres montrent un réalisme fantastique encore renforcé par les mises en situation : ici la dentelle aux fuseaux répare une photographie déchirée, là elle projette l'ombre de l'homme tandis que peintures et broderies empruntent leurs univers aux photographies de famille.
Les différentes techniques se rencontrent au sein d'une thématique importante qui traverse la quasi totalité du travail de SJ : la photo de famille.

La photo de famille comme élément plastique puissant, aux codes et cadrages typifiés, élément fort de la pensée visuelle du souvenir, de la mémoire. premier accès à l'image et sa mythologie, constituant plastique et narratif puissant.

Les surfaces sont abimées, les fils et les bois à vif. Comme une esthétique de l'imparfait, ces éraflures et autres retours sur la matière questionnent en même temps la durée de l'oeuvre, le travail de l'artiste entre l'irruption et la disparition du sujet. Certains travaux empruntent spécifiquement les codes plastiques du deuil, associant alors la photo de famille au souvenir.



Solange Jungers (1974 - )
Déjà pour son doctorat en histoire de l'art, Solange Jungers avait développé une esthétique du vernaculaire et du banal dans la création. D'abord enseigante-chercheuse et médiatrice en arts, elle se tourne en 2006 vers une pratique artisanale dans des créations uniques combinant des tissus basiques avec des matières anciennes rares. Ce seront aussi des animaux en tissus artificiellement usés. C'est à partir de 2012 que SJ expose pour la première fois en France et en Espagne.